mardi 27 janvier 2009

F.

histoire de ne pas parler que de moi...

A quoi reconnaît-on ses vrais amis ? Ils sont là dans les moments les plus durs. J'ai déjà dit tout le bien que je pensais de Sylvie et Nathalie, mais je voudrais bien rendre un petit hommage à F. (de sexe masculin donc, puisqu'il n'a droit qu'à une initiale).

En plus de

- gagner systématiquement toute compétition déguisée 
- avoir construit de ses petites mains un four à pain pour nous inviter régulièrement à manger des pizzas
- avoir eu le bon goût de tomber amoureux de Marie
- être presque capable de m'épuiser sur une piste de danse (et je suis une fameuse acharnée)
- porter la moustache et des coupes improbables avec une grande désinvolture

...

Un soir, il a passé kyrielle de coups de téléphone pour faire garder ses gosses et venir me sauver. Il n'a pas hésité à franchir la porte de ma chambre, à fouiller les caisses, retourner le matelas, virer les culottes sales, presque démonter une armoire pour capturer la souris qui me faisait friser l'hystérie.

Depuis, je considère F. comme un héros.

S'il se retrouve dans une situation calamiteuse où il se sent complètement ridicule, il peut compter sur moi.

3 commentaires:

Raphaël Conforti a dit…

J'aime beaucoup :)
De plus nous avons commencé à peu près en même temps avec des motivations similaires (sauf que je n'ai pas résisté à facebook).
Je reviendrai :)

Sophie a dit…

> Raphael : merci !

Xenus a dit…

Moi, je serais venu avec mon chat. :ppp Ca compte ? :))