jeudi 19 février 2009

après-midi


Aujourd'hui, il y a plein de plombiers chez moi. C'est le résultat d'une prise de conscience progressivement amorcée : comme je viens d'acheter cette maison et que je l'aime, c'est peut-être pas une bonne idée de la laisser se déglinguer.

Il y a en a eu 4 en tout dont 3 de la compagnie des eaux, des petits ronds en salopette bleue qui s'énervent sur la tige qu'ils ne parviennent pas à attraper. J'ai vu la raie des fesses du troisième, celui qui m'a même réparé une petite fuite qui était juste après le compteur. Merci, m'sieur !

Le quatrième est en haut et s'attaque à tous mes petits soucis domestiques. Un géant avec des nattes noirs et un accent de l'Est. Un pote des vrais punks du quartier (oui, moi, de l'extérieur, j'ai l'air un peu proprette).

Et bien, rien ! Pas la moindre excitation, en tout cas de ma part. Pourtant, aujourd'hui, je me trouve assez sexy avec  ma mini-jupe, mes leggings dorés et mon pull relooké.

Mais bon, j'avais besoin d'aller aux toilettes pendant tout ce temps, et puis j'étais en train de recopier une lettre de rupture à la main car mon imprimante est cassée.

3 commentaires:

Otto a dit…

Et bien voilà un post qui commençait comme un scénario de film pornographique et qui se termine en mélodrame Woody Allenien.
Et oui, la fragilité de nos imprimantes à jet d'encre est un problème que notre société sentimentale n'a pas encore surmonté !

P.S. : comment ça une lettre de rupture ???

Sophie a dit…

Une goutte d'eau (un mensonge) peut faire déborder un vase. Et les explications tiennent mieux la route par écrit.

dosto a dit…

Ah le fantasme du plombier en prend un sacré coup !!!!!
Courage pour le reste ....