jeudi 12 février 2009

encore une histoire de téléphone


mais aussi de violence

Dans tous les moments de crise, à presque tous les pétages de plomb (rares tout de même, et jamais de cette ampleur) un téléphone est sacrifié.
Cette fois-ci, c'est le mien, probablement volé aux Châtaigniers.

Quelques images qui se dégagent :

- M. se met tout nu sur une table (pour me dire quoi exactement ?)
- je cours dans la rue et me roule en boule sur le trottoir en me bouchant les oreilles
- je lui mets des coups de poing et de coude en plein visage et il ne bronche pas
- je ferme à clé la porte de ma chambre et il démolit le chambranle
- je lui lance l'entièreté des livres de la bibliothèque 
- M. dort sur le divan

Au petit matin, je me blottis dans ses bras et ouvre la ceinture de mon jean's.

2 commentaires:

Otto a dit…

Et bien chère Sophie,
impuissant à te donner de bons conseils, je ne peux que te souhaiter un grand courage pour la suite avec M.

Mais je suis de tout coeur avec toi.

Sophie a dit…

> Otto : merci pour ton soutien.